Déjeuner chez Mme CARDELLA

Le dimanche 12 juin 1892, Mme CARDELLA et son époux François CARDELLA, maire de Papeete reçoivent à déjeuner à leur domicile. Ils réunissent la famille, quelques amis proches et des officiers de Marine en poste pour quelques temps dans l’administration de la colonie. Parmi eux, Arthur Paul GODEY à qui on doit la photographie qui réunira les invités après le déjeuner. Grâce aux annotations du photographe, nous pouvons enquêter sur les 23 personnes immortalisées par la photographie que voici…

La famille CARDELLA

Ce dimanche 12 juin 1892, la famille CARDELLA reçoit des amis et des officiers de marine pour un déjeuner à la mode polynésienne. Les invités sont parés de couronnes de tête végétales et de fleurs d’hibiscus. Seuls M. François CARDELLA (n°20) qualifié d’ «amphytrion » (celui qui offre à dîner) par le photographe et Mme CARDELLA  (n° 7 ) ne portent pas de parures végétales. Mme Cardella tient juste dans ses mains trois hibiscus. 

A cette époque François CARDELLA est maire de Papeete depuis la création de la commune en 1890. Il restera à ce poste jusqu’à sa mort en 1917. C’est un personnage très influent de la Colonie. Il est le chef incontesté du « parti français » de l’époque. Il a épousé Marie Louise CEBERT le 4 décembre 1886 à Papeete. Cette dernière est veuve de Félix LAGARDE avec qui elle a eu 6 enfants. Un rapport administratif la décrit comme «  une femme très intelligente, mais aussi fort orgueilleuse, d’un caractère autoritaire et impératif, qui exerce sur son mari une influence décisive. C’est le meilleur agent électoral de son mari». Le couple CARDELLA n’a pas d’enfant.

La fille aînée de Madame CARDELLA, Pauline LAGARDE (n°11) a épousé en 1882 le pharmacien Ambroise MILLAUD (n°16). Celui-ci gère l’officine de son beau-père François CARDELLA, lui-même pharmacien. Il deviendra lui aussi un homme politique très influent.  A cette époque, le couple MILLAUD a trois enfants  Marie Paule (n°24) qui est née en 1884,  Félix Henri (n°26) né en 1886 et Marcelle Teritoiterai (n°25) née en 1888. Ils sont assis devant leur grand-mère. La ressemblance de Marie Paule avec sa mère est particulièrement surprenante. Le couple aura 4 autres enfants dans les années qui suivent. 

La jeune femme nommée « Mademoiselle Gabrielle »  (n°21) par l’auteur de la photo  est Gabrielle LAGARDE, âgée de 20 ans en 1892 et fille de la maîtresse de maison. Elle n’est pas encore mariée. Elle épousera en 1899, Georges MALARDE.

Les amis de la famille

François CARDELLA a convié à ce déjeuner dominical ses plus fidèles amis en politique et en affaires : Victor RAOULX et Hégésippe LANGOMAZINO ainsi qu’un représentant de l’aristocratie tahitienne, le Prince Hinoi, petit-fils de la Reine Pomare IV.

Victor RAOULX est un des plus proches amis de François CARDELLA. Ils sont amis en affaires et en politique.  C’est un riche négociant, 1er adjoint au maire de Papeete et Vice-Président du bureau du Conseil général, présidé par Cardella en 1892. Ensemble, ils ont racheté la plantation de coton de Atimaono pour la transformer en propriété consacrée à la canne à sucre et à la distillation du rhum. 

Hégésippe LANGOMAZINO est avocat à Papeete. Il a pris la suite de son père. Il est en 1892, le second adjoint du maire de Papeete. Il est également membre du conseil général en 1892. Son frère Louis est sous-commissaire de la Marine à cette époque.

Le Prince Hinoï, petit-fils de la Reine Pomare IV.  Il est le fils de Teriitua POMARE et d’Isabella SHAW.  Il est le chef du district de Hitiaa depuis 1875. Il a épousé en 1884 Teriimaevarua également petite-fille de la Reine et donc sa cousine. En 1892, son épouse est reine de Bora-Bora. Le couple n’a pas d’enfants.

Les officiers de marine invités au déjeuner

Dix officiers de Marine sont invités au déjeuner. Quatre d’entre eux commandent des bâtiments français, venus renforcer l’administration française à Tahiti. Les six autres occupent des postes administratifs et médicaux. Les indications sous la photo ne permettent pas de nommer avec certitude chacun de ces hommes. Seuls GOURDON (n°15) assis au milieu des femmes et FORT (n°2) debout à l’écart à gauche sont reconnaissables avec certitude ainsi que Arthur GODEY, notre photographe (n°22) et LAMY le pharmacien de 2è classe (n°23)

Jean Aimé FORT (n°2). Né le 4 juillet 1845 à Tournan (Gers). Commandant de l’aviso-transport la Durance à Tahiti en 1892.

Arthur Paul GODEY (n°22). Né le 11 janvier 1861 à Barneville-Carteret (Manche). Aide commissaire  sur le croiseur Duchauffault en 1892 à Tahiti. Son album photo est composée de 95 photographies prises entre 1891 et 1893 en Océanie (Nouvelle-Calédonie, Samoa, Tahiti, Wallis-et-Futuna, Fidji…) gardant des portraits, des scènes de vie, des paysages en souvenir de son expédition dans la Pacifique Sud.

LAMY pharmacien de 2è classe (n°23)

Palma Firmin Christian GOURDON (n°15). Né le 19 janvier 1843 à Pithiviers (Loiret).Polytechnicien. Capitaine de Vaisseau et Commandant du Champlain en 1892 à Tahiti. Officier à la carrière brillante – Célibataire. Il dirigera en 1902 les secours aux habitants de Saint-Pierre en Martinique après l’éruption de la Montagne Pelée.

Les six personnages suivants reçoivent un numéro mais il n’est pas possible de leur attribuer de manière indiscutable un nom. La découverte de photos de ces hommes pourraient nous faire avancer.

Henri Louis MANCERON. Né le 19 juin 1848 à Lorient (Morbihan). Il commande le croiseur Duchaffault de 1891 à 1893.

Bertrand Flavien SEREZ. Né le 10 janvier 1847 à Argelès (Hautes-Pyrennées). Médecin principal, chef du service de santé à Tahiti, chargé du service de la vaccination à Tahiti et Moorea en 1892.

Louis Marie Eusèbe PLIVARD. Né le 22 novembre 1848 à Rouvres-sur-Aube (Haute-Marne). Commandant de division en 1892 – Célibataire

Joseph Pierre Auguste BESSON. Né le 6 juin 1843 à Bourg (Gironde). Chef d’état-major à Tahiti en 1892.

Deux derniers personnages résistent. Leur nom est difficile à déchiffrer. Pas de pistes pour l’instant.

ABBEY ? Aide commissaire

CHERVIANG ? Sous-commissaire

Les inconnus de la photo

Cinq personnes demeurent inconnues, faute d’indications précises de la part de Arthur GODEY. Commençons par les 3 femmes…

Une « dame anglaise » (n°5) assise à la droite de Mme CARDELLA. A cette époque, les Anglais sont nombreux à Tahiti, principalement dans le commerce.  S’exprimant probablement en anglais, Arthur GODEY la désigne donc comme « la dame anglaise ».

Qui est « Madame Agnès«  ? (n°18) il s’agit apparemment d’une femme mariée. S’agit-il de la femme d’un officier ? ou d’un ami de la famille ? Pour l’instant, pas de pistes sérieuse en vue.

Il désigne la dame au chapeau (n°9) comme « une demie blanche âgée ». Elle est plus âgée que la majorité des convives. Le terme « demi » désigne les métis entre les Européens et  les Polynésiens.  Cette terminologie a longtemps été utilisée lors des recensements de population. Elle persiste dans le langage courant.

L’homme polynésien (n° 3) n’est pas nommé. Il s’agit probablement d’un domestique de la famille si l’on en croit  sa posture (bras derrière le dos), sa tenue différente (pantalon sombre) et le fait qu’il soit pied nus, habitude très commune des Tahitiens de l’époque. 

Le personnage (n°13), probablement un homme, portant un chapeau, à peine visible derrière les officiers de Marine n’est pas mentionné sous la photo.

Sources

Sur la famille CARDELLA

O’REILLY. Tahitiens. BSEO, 1975. Notices sur François CARDELLA p.91, Ambroise MILLAUD p. 388, Félix LAGARDE p. 304, CEBERT Jean-Jacques p. 99

DANIELSON Bengt. Papeete 1818-1990. Ed. Ch. GLEIZAL, 1990, 206 p.

Sur les amis de la famille

Base Eléonore : Victor RAOULX, Prince Hinoi POMARE

O’REILLY. Tahitiens. BSEO, 1975. Notices sur Victor RAOULX p. 480, Hégésippe LANGOMAZINO p. 309, POMARE V p. 454.

Notre article P… comme POMARE.

DANIELSON Bengt. Papeete 1818-1990. Ed. Ch. GLEIZAL, 1990, 206 p.

Sur les officiers de Marine

Base Léonore (décorés de la Légion d’honneur) : Palma GOURDON, Jean FORT, Arthur GODEY, Henri MANCERON, Bertrand SEREZ, Louis PLIVARD, Joseph BESSON

Wikipedia : Palma GOURDON, Henri-Louis MANCERON,

Site de l’Ecole Navale : Palma GOURDON, Jean Aimé FORT, Arthur GODEY, Henri MANCERON, Louis PLIVARD,

Gallica : album photo de Arthur GODEY ici

4 réflexions sur “Déjeuner chez Mme CARDELLA

  1. Je vous remercie pour cet article qui m’a paru tres interessant. Madame Cardella est mon arriere arriere grandmere et sa fille Gabrielle Lagarde Malarde (numero 21) est mon arriere grandmere. Cela m’a fait plaisir de voir des photos. Merci encore une fois.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour votre commentaire. Ravie que vous ayez pu retrouver un peu votre famille à travers cette photo. Espérant vous faire découvrir davantage les familles polynésiennes dans de prochains articles. Encore merci.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s