U… comme Ukina

« Ukina » voici un mot tiré de l’ouvrage Grammaire et dictionnaire de la langue des îles Marquises rédigé par Mgr René Ildefonse DORDILLON en 1904. Il est réédité cette année.

Edition 2021

Ce terme évoque « le bruissement du vent, des feuilles agitées par le vent ». Nous avons choisi un mot marquisien pour évoquer notre aventurier du jour, Justin BRADORA, l’enfant abandonné devenu Marquisien et interprète en langue marquisienne.

L’enfant abandonné… à 5 ans

Justin BRADORA est un enfant  trouvé dans le tour d’abandon (guichet où l’on dépose anonymement les enfants abandonnés) de l’hospice de Brest  le 1er mai 1854 vers 22h15. Il paraît âgé de 5 ans. Il est donc né en 1849 mais son « 2ème » acte de naissance le déclare né le 2 mai 1854 à Brest (Finistère)

L’âge « avancé » de l’enfant intrigue sur les raisons qui ont conduit à l’abandon. La raison habituelle liée à une naissance illégitime semble exclue. Reste la misère qui peut conduire à l’abandon même si dans notre cas, la description vestimentaire peut interroger. 

« Il est vêtu  d’une chemise, d’un pourpoint de coton blanc, d’un pantalon de « steff » brun et noir, d’un sarrau  bleu et blanc. Il est chaussé d’une paire de chaussons de draps rouge et d’une paire de sabots noirs. Il est coiffé d’un bonnet de calicot garni de dentelle ». 

Voilà le portrait « vestimentaire » de ce jeune garçon abandonné. Pas de description physique.  A cet âge, il sait parler et peut-être est-ce lui qui a donné son nom ? 

En effet, bien souvent les enfants abandonnés, ne portant pas sur eux de billet ou de marque distinctive étaient nommés par l’employé chargé de l’inscrire à l’état-civil. Ces derniers ont parfois fait preuve d’une imagination presque « malsaine », n’hésitant pas à leur attribuer des identités sous forme de jeux de mots : Louise MICROS et Jean SCOPE (microscope), Gustave ABRA et Marie CADABRA (abracadabra).

Merci à Sophie BOUDAREL de m’avoir signalé l’article « Autour du choix du nom d’un enfant exposé, étude de l’année 1854 » du blog Autour d’une généalogie finistérienne, qui cite Justin BRADORA comme le plus âgé des enfants « exposés » cette année-là.

L’ installation à Nuku-Hiva aux îles Marquises

En 1874, un arrêté approuve à titre définitif la concession de deux terres (Vaoto et Inaku) situées à Nuku-Hiva dans la vallée Française aux sieurs HERPEUX, OBLETTE et BRADORA, militaires en congés renouvelables, (terres qu’ils avaient reçues en concession provisoire le 27 avril 1873). 

Signature de Justin BRADORA

Pour donner un ordre d’idée, il y avait en 1875, aux Marquises 13 Français et 60 étrangers européens.

En 1878, il est colon à Taiohae (et dit Louis BRADORA). Il est témoin de la naissance d’une enfant née dans une maison du fort Collet. En 1879, BRADORA est interprète du gouvernement  à Taiohae (Nuku-Hiva). Il est le  gardien du fort Collet,  et est chargé à ce titre de l’éclairage de la baie en 1879. Il émarge au budget local pour ses services. Il assiste Eugène CHASTANIE, lieutenant de Vaisseau, résident des Iles Marquises chargé des fonctions d’officier d’état-civil de Taiohae en tant qu’interprète.

Le fort Collet à Taiohae (site Tahiti Héritage)

 

La famille BRADORA

On ne connaît qu’un enfant au couple formé par Justin BRADORA et Kehimoehu, femme marquisienne.

Pierre BRADORA né le 18 juillet 1878 à Taiohae (Nuku-Hiva). Il se marie à Atuona (Hiva Oa) le 28 février 1902 avec Louise MAPUHIANI dite Kohu. Devenu veuf, il épouse en secondes noces Ioputona Apolina KEUTAHA le 7 mai 1918 à Hiva Oa. Il est alors commerçant. Il devient chef de Hanapaaoa où il exerce des fonctions administratives en raison de sa parfaite connaissance de la langue française : surveillant comptable de la léproserie des Marquises (1925), mutoi (policier municipal) (1925).

Signatures de Pierre BRADORA et de son épouse Louise MAPUHIA dite Kohu suivies de celle de Justin BRADORA

Justin BRADORA épouse à Atuona (Hiva Oa) le 21 septembre 1887, Vehinefifi, couturière de 30 ans, originaire de Puamau (Hiva Oa). Elle est la fille de Hapeo, cultivateur et de Tahiaokaani, ménagère. On ne connaît aucune descendance à ce couple.

En 1897, un médecin allemand, Karl von den STEINEN effectue un séjour ethnographique aux îles Marquises. Justin BRADORA est l’un de ses interprètes en langue marquisienne. L’ethnologue allemand collecte de nombreux éléments de la culture marquisienne dont les tatouages. Il photographie les jambes tatouées de Mme BRADORA dont voici les clichés. Grâce à l’importance de ses travaux, Karl von den STEINEN est considéré comme un des sauveteurs de la culture marquisienne.

Les Marquisiens et leur art, vol 3 le tatouage p. 144

Déjà d’un âge avancé, Justin BRADORA vit avec Sabine MAUTOKO sa cadette de 30 ans. A la naissance de leur premier fils François en 1904, Justin BRADORA est âgé de 55 ans et sa compagne de 23 ans. Ils auront ensemble 5 fils. Il exerce alors les activités de commerçant et de cultivateur.

Il décède entre 1916 et 1918 laissant sa compagne avec de jeunes enfants.

Sources

ANOM : AM BRADORA-Vehinefifi Atuana 1887 v. 12- AN BRADORA Pierre Nouhiva 1878 v.4 – AM BRADORA-MAPUHIANI Atuona 1902 v.19

Archives municipales de Brest (Finistère) : AN Justin BRADORA 1854 vue 107 registre 1E128

Le Messager de Tahiti du 18 décembre 1874

Blog Autour d’une généalogie finistérienne de Geneviève BERGOT

Karl von den STEINEN. Les Marquisiens et leur art– Vol3. Le tatouage. Au vent des îles. Tatouages de Mme BRADORA p. 144

Base patronymique du SPAA : François BRADORA AN Ref 151W-169-1904-N-00006 – AD Ref 151W-196-1927-D-00015- Jérôme BRADORA AN Ref. 151W -170- 1907-N-00003 – AD Ref. 151W-172-1923-D-00002- Enfant sans vie BRADORA Ref 151W-170-1911-D-00008- Victor BRADORA Ref 151W-170-1913-N-00007- Ref 151W-170-1913-D-00008- Paul Justin BRADORA Ref 151W-171-1916-N-00002- Pierre BRADORA (mariages) Ref 151W-205-1918-11-00001- Veveetuoho BRADORA Ref 151W- 196-1926-N-00017

Une réflexion sur “U… comme Ukina

Répondre à Hélène - PellePioche Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s