Le dernier voyage de Mgr POMPALLIER

Le héros de notre histoire du jour sera Mgr POMPALLIER, un missionnaire mariste (Société de Marie) qui a joué un rôle important dans l’évangélisation catholique de l’Océanie, en particulier de la Nouvelle-Zélande. Il s’y installe de 1838 à 1868, et devient le 1er évêque d’Auckland. 

Mgr POMPALLIER évêque d’Auckland (Nouvelle-Zélande)

Nous le rejoindrons à Tahiti en 1868, lors de son voyage retour entre la Nouvelle-Zélande et la France. Il débarque à Papeete accompagné de sa nièce … un zoom sur la famille POMPALLIER, originaire de Lyon, s’impose et il va s’annoncer plein de rebondissements. 

Les POMPALLIER… une famille lyonnaise

La famille POMPALLIER, résume à elle seule ce qui fait la spécificité de la ville de Lyon au XIXe siècle : l’industrie de la soie et le renouveau des congrégations catholiques. Le père et le grand-père de Mgr POMPALLIER sont négociants et marchands d’étoffes de soie à Lyon. Le jeune Jean-Baptiste s’engage comme missionnaire en 1836 auprès de la jeune congrégation des Maristes.

En 1859, Mgr POMPALLIER se rend en Europe pour rencontrer le Pape et également sa famille à Lyon. Ses jeunes neveux Françoise Lucie et Antoine Rodolphe, sont alors orphelins et sans situation. Leur oncle les prend alors en charge et les embarque avec ses nouvelles recrues missionnaires pour la Nouvelle-Zélande. Rodolphe Antoine POMPALLIER devient clerc minoré et Françoise Lucie POMPALLIER est religieuse postulante. Au total 17 missionnaires et 4 religieuses embarquent au Havre le 4 septembre 1860 avec Mgr POMPALLIER pour le diocèse d’Auckland.

Parmi les religieuses postulantes se trouve Suzanne AUBERT (1835-1926), qui aura un destin très singulier puisqu’elle fonde la 1ere congrégation néo-zélandaise « Les filles de Notre Dame de la Compassion ». Elle est reconnue vénérable en 2016 par le Pape François.

Suzanne AUBERT (1835-1926)

L’escale tahitienne de 1868

En 1868, pour des raisons de santé, et de dissensions avec d’autres responsables des missions, Mgr POMPALLIER démissionne et est nommé « archevêque in partibus d’Amasie » (titre honorifique).

Mgr POMPALLIER quitte définitivement Auckland en 1868 à bord du Chevert commandé par le Lieutenant de Vaisseau D’ESTIENNE, accompagné de sa nièce Françoise Lucie POMPALLIER. Cette dernière a occupé des fonctions religieuses à Auckland sous le nom de Mère Mary Baptist et à l’occasion de ce voyage, elle redevient « Mademoiselle Lucie POMPALLIER ». En effet, sans réelle vocation religieuse, elle a profité du départ de son oncle pour quitter Auckland et les ordres par la même occasion. D’autant plus que son frère Antoine POMPALLIER a déjà lui aussi quitté la Nouvelle-Zélande, pour devenir missionnaire Mariste comme son oncle. Il se retrouve prêtre à la Nouvelle-Orléans en Louisiane où il décède le 15 août 1886.

A son arrivée à Papeete, le 29 mars 1868, Mgr POMPALLIER est accompagné de « sa charmante nièce« , le qualificatif utilisé par la presse tahitienne montre bien qu’on ne s’adresse pas à une religieuse, « qui le soigne comme un père« .

Lors de leur séjour tahitien, les POMPALLIER sont reçus avec les honneurs, et aux frais, du Commandant Commissaire Impérial M. le Comte de la RONCIÈRE ainsi que par les autorités religieuses Mgr Tepano JAUSSEN, évêque de Papeete et le P. COLLETTE, curé de Papeete.

M. le Comte de la RONCIERE. Mgr Tepano JAUSSEN Père COLLETTE

Au programme, du séjour tahitien, Mgr POMPALLIER s’est rendu dans les écoles catholiques : à l’école des Soeurs Saint-Joseph de Cluny (installées à Tahiti depuis 1844) et à l’école des Frères de l’instruction chrétienne (installés à Tahiti depuis 1860) pour y constater les progrès des élèves.

Le Gouverneur de la RONCIERE tient aussi à montrer le dynamisme de l’économie locale par la visite des principales « usines » sucrières de Tahiti. La délégation s’est déplacée tour à tour chez M. RUET où les champs de cannes sont reliés à l’usine par un chemin de fer. Ils ont ensuite assisté à la transformation du jus de canne à la mise en tonneau du sucre chez M. ADAMS pour finir à l’usine de MM. ROBIN et MANSON où Mme ROBIN leur a fait l’honneur de la visite.

Le départ de Tahiti sur le « Chevert » transportant le « courrier à destination de l’Europe et des deux Amériques » a lieu le 6 mai 1868. Sept passagers montent à bord : Mgr POMPALLIER et sa nièce, M. NESTY, commissaire-adjoint de la Marine avec sa femme, ses deux enfants et une servante.

Puteaux … la fin du voyage ou presque

Quelques temps après son retour en France, Lucie POMPALLIER épouse le 5 février 1870 à Paris (12è) Antoine AUNIER un pharmacien installé à Puteaux (Hauts-de-Seine).

L’année suivante, le 21 décembre 1871, Mgr POMPALLIER décède à Puteaux au domicile de sa nièce devenue Mme AUNIER. Il sera inhumé au cimetière de Puteaux.

Tombe de Mgr POMPALLIER ancien cimetière de Puteaux (photo Alain DUBRANA)

L’histoire de Mgr POMPALLIER ne s’arrête pas là…. En 1997, les catholiques Maoris demandent le rapatriement de « leur » évêque en Nouvelle-Zélande témoignant du souvenir qu’a laissé ce missionnaire ayant acquis la citoyenneté anglaise en 1851 et parlant couramment aussi bien l’anglais que le maori.

Depuis 2002, il est de retour en Nouvelle-Zélande et inhumé à Motuti (Hokianga Bay) devenu un lieu de pèlerinage.

Quant à sa nièce, Lucie POMPALLIER épouse AUNIER, elle accouche d’une fille prénommée Augusta née en 1875 à Londres. Avait-elle la citoyenneté anglaise comme son oncle ?

On suit ensuite la famille AUNIER installée en 1891 à La Fouillouse (Loire). On perd ensuite la trace de Lucie AUNIER. En 1906, seuls Antoine AUNIER, toujours pharmacien et sa fille Augusta AUNIER vivent à Riez (Alpes de Hautes Provence).

Sources

Archives départementales des Hauts-de-Seine – AD POMPALLIER Jean-Baptiste 1871 v. 50/60 acte n° 257

Archives de Lyon : AM POMPALLIER-LAFOND 1819 v. 345/392 Lyon acte 869- AD POMPALLIER Françoise 1820 v. 283/426 acte 2745- AN POMPALLIER Jean Marie 1821 v. 539/629 cote 2E 195 acte 4252- A POMPALLIER Laurence 1823 v. 111/653 cote 2E 213 acte 879- POMPALLIER Jean Marie Laurent 1824 v. 339/646 cote 2E 219 acte 2670- AD POMPALLIER Marie Françoise 1847 v. 710/778 cote 2E 432 acte 3619- AN POMPALLIER Marie Antoinette Françoise 1828 v. 33/750 cote 2E 241 acte 254- AN POMPALLIER François 1829 v. 67/707 cote 2E 246 acte 522. AD POMPALLIER François 1829 v. 305/ 518 cote 2E 251 acte 3020- AN POMPALLIER Jeanne Marie Joséphine 1830 v. 514/679 cote 2E 253 acte 4068- AD POMPALLIER Jean Florentin cote 2e593  v. 108/208 Lyon 1er.   1882 acte 541- AM POMPALLIER- CHAINE 1854 Lyon 3e v. 246/306 acte 491- AD POMPALLIER Jean Florentin 1882 Lyon 1er v. 108/208 acte 541- AN POMPALLIER Marie Magdeleine 1833 v. 513/789 cote 2E 304 acte 2855- AN POMPALLIER Jeanne Marie Catherine 1834 v. 714/ 783 cote 2E 310 acte 4113- AN POMPALLIER Françoise Lucie 1837 Lyon v. 218/808 cote 2e327 acte 1195- AN POMPALLIER Antoine Rodolphe 1839 v. 266/871cote 2E 339 acte 1785- AN POMPALLIER Jean-Baptiste An X (1801) Naissance 2 E40 v. 34/138 acte 226 – AN POMPALLIER Laurent 1800 v. 53/153 cote 2E34 acte 366-

Archives du Rhône : AN POMPALLIER Jean Mathieu Laurent 1796 v. 8/8 Vourles

Archives de la Loire : recensement de La Fouillouse (Loire) en 1891- Famille AUNIER

Archives de Paris : AM AUNIER POMPALLIER Paris 12è 1870 v. 34/283 acte 64

Archives des Alpes de Haute Provence : Recensement 1906 Riez v. 19/60

Portrait de Mgr POMPALLIER sur le site « Racines en Seine »

Portrait de Mgr POMPALLIER sur le site « Musée du diocèse de Lyon« 

Messager de Tahiti du 11 avril 1868- du 18 avril 1868- du 9 mai 1868

Annales de Propagation de la Foi – janvier 1860 p. 469-470

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s