La famille AROA

La famille Aroa est une importante famille de Taiarapu ouest, du district de Vairao, dont les ancêtres sont originaires de Mataiea. Les recherches que vous lirez ici s’appuient en grande partie sur le travail publié par Raoult TEISSIER, que j’ai essayé de compléter. C’est aussi l’occasion de soulever la difficulté de produire des généalogies fiables faute de sources écrites.

Les deux branches AROA

En 1840, la famille est constituée de 2 branches principales. La branche aînée de Tetuamaituatera’i qui reste sans postérité alors que la branche cadette issue de Aro’a a Teupo’oari’i connaît une descendance nombreuse.

Voici les principales informations concernant la descendance de Aro’a a TEUPO’ORAI’I et de Fa’atiarau a OMAMAO. Aro’a a TEUPO’OARI’I ou encore Arahu, célèbre guerrier qui dans les luttes anciennes du pays s’était emparé du district de Mahaena et le garda. Il était connu en 1815 sous le nom de Puhiava. Il meurt en 1845 à Papeete.

Tearere a AROA dite Teupoarii. Fille aînée du couple, elle est née vers 1801 à Mahaena. Propriétaire, elle demeure à Pare, district de Papeete en 1871. Elle est la deuxième épouse de Teri’itanoa a TEMAEHUATEA connu sous le nom de Régent PARAITA. Le couple n’a pas d’enfant et Tearere adopte son neveu Pououra a MOETERAURI, le fils de sa soeur Tuvahineouturoa. Elle devient veuve le 24 octobre 1865 à la mort de PARAITA. Elle fait donation à son neveu Hiomahupoo de la terre Hueiti à Pare en 1872. Elle décède à Paea le 21 avril 1891.

Portrait du Régent Paraita

Teihotua a AROA dit Ravaai. Il est né à Vairao vers 1806. C’est le personnage le plus influent de la famille et il joue un rôle politique très important au moment de l’implantation du Protectorat français à Tahiti. Son soutien à la France, lui vaut de recevoir en 1871 la Légion d’Honneur en même temps que le chef Tariirii a VEHIATUA. Il est le chef de Mataiea et un propriétaire terrien souvent présent au tribunal pour des affaires de terres. Le couple qu’il forme avec Farahei a NAUTA reste sans postérité et il aurait adopté un des fils de sa soeur Taute, ce qui reste à confirmer. Il est l’un des premiers chefs de Tahiti à se convertir au catholicisme. Il décède le 5 juillet 1893.

Tetoita’aranui o Teva a AROA dite Afai. Elle est née à Papetoai (Moorea) vers 1808. Elle se marie à Mahina en 1835 avec Teara a PUARE lors d’une cérémonie présidée par le pasteur WILSON. Elle décède le 10 novembre 1889, dans le quartier Sainte-Amélie à Papeete à l’âge de 81 ans. Son neveu Hiomahupoo, mutoi à Papeete est témoin sur l’acte de décès.

Taute a AROA. Elle est née vers 1821 à Haapape (Mahina). Elle épouse Tuaiva a VAIROA dit Pi’ifare. Le couple a au moins 7 enfants. Elle vit à Pare (district de Papeete) où elle décède le 9 février 1901 à l’âge de 80 ans.

  • Vahinehau a VAIROA, propriétaire depuis 1852 de la terre Vaiami à Papeete, provenant du patrimoine de son père VAIROA dit Piifare. Terre qu’elle partage deux parts en 1867 avec Vahinehau a NOINOI, apparemment sa nièce. Vahinehau fait donation des terres Poutahi, Tehorua, Pohatupuu, Maramaramaitiotia et une partie de la terre Vaiami à sa fille Maheata a Vahine a VAIROA son unique héritière en 1881.
  • Fa’ata’aroa. Elle est née vers 1845 à Teavaro (Moorea). Elle se marie avec Pao a ARARUI. Elle décède à Faa’a le 5 décembre 1918.
  • Puruma a TUAIVA. Il est né à Pare vers 1845. Il est célibataire au moment de son décès à Papeete le 28 juin 1902
  • Raurea
  • Mihiura. Elle est née à Pare vers 1850. Elle se marie le 2 octobre 1876 à Pare avec Urupani ou Kurupani. Elle décède le 4 septembre 1913.
  • Tetuahiti’a a TUAIVA. Elle est née vers 1850 à Pare. Elle est blanchisseuse et célibataire au moment de son décès dans le quartier de Sainte-Amélie à Papeete le 31 octobre 1891. Elles dite fille de Tuaiva a PIFARE et de Taute à FAATIARAU. Cette information nous montre au passage la « fluidité » de l’usage des noms dans les familles tahitiennes.
  • Vivivirau. Peu d’informations sur lui, si ce n’est qu’il est marin.

Fanau’e. Chef du district de Mahaena. Il est remplacé dans ses fonctions de chef par sa fille Roura vahine à la tête du district le 15 mai 1847. Celle-ci est secondée dans ses fonctions par son mari, juge du district. Le couple n’a pas d’enfants et Roura adopte Tehea Punuari’i a VEHIATUA, fils de Mata’uta’u à VEHIATUA, fille du chef Tari’iri’i de Mahina. Roura vahine décède à Papeete le 8 juin 1896.

Tuvahineouturoa dite Moehau. Elle est la femme de Taoahere Moe a MOETERAURI, chef de Mataoae-Toahotu. Le couple a 8 enfants. Elle décède le 6 février 1861.

  • Pououra a MOETERAURI. Il est adopté par sa tante Tearere.
  • Piha dit Roipiha. Il est né vers 1822. Il succède en 1861 à son père Taoahere, âgé et malade comme chef du district de Toahotu. Il est veuf de Vahine a TUPUA. Il décède le 12 septembre 1897 à Papeete.
  • Taoahere a MOE dite Tearere
  • Teravero dit Pouomaaifenua a Taoahere a MOE
  • Hiomahupoo a Taoahere a MOE. Mutoi en 1889 et agent de police en 1897 à Papeete. Il est célibataire.
  • Tetuanui a MOE
  • Varua. Elle est née vers 1847 à Mataiea. Elle est blanchisseuse. Elle décède le 28 septembre 1903 à Mataiea.
  • Terai. Elle épouse le 1er février 1893 à Tiarei, aru a MANUA, le fils de Manua a PAOFAI.

Parauore dit Faaiere. Il est né en 1824 à Mahina. Il épouse en 1ères noces Ioana a TARAHOI dont vous pouvez suivre la descendance dans l’article : Luis ORTAS, citoyen chilien. Devenu veuf, il se remarie le 10 novembre 1868 à Mataiea avec Aumaiteura a TEMAITERAI.

La difficile transmission des généalogies

Prouver sa généalogie est la condition sine qua non pour se prétendre héritiers d’une terre. Autour des années 1867 à 1871, la famille AROA et en particulier Ravaai, va se retrouver au tribunal pour revendiquer les biens de Upehepehe, dont il se considère légitime héritier. A cette occasion, Ravaai présente une généalogie ascendante de sa famille qui a fluctué entre 1867 et 1871.

Taatahaere a URUATUA lui aussi se revendique comme héritier du dit Upehepehe. Sans entrer dans les détails, le tribunal donnera raison à Taatahaere. Cette histoire met en lumière les fragilités dans la transmission orales des généalogies, empêchant toutes vérifications et provoquant la naissance des conflits autour des terres. Les tensions sur le sujet ne sont donc pas nouvelles.

Questions à résoudre

La découverte de cet encart nous interroge sur l’existence de Tauaea a AROA, frère de Ravaai, décédé avant 1875.

Messager de Tahiti du 6 août 1875

Sources

Raoult TEISSIER– Chefs et notables des Etablissements français de l’Océanie au temps du Protectorat (1842-1880). SEO. édition 2016, p. 104 à 109 (famille AROA)

ANOM : AD Tetoita’atanui o Teva a AROA Papeete 1889 v. 54- AD Taute a AROA Papeete 1901 v. 13- AD Puruma a AROA Papeete 1902 v.133- AD Tetuahiti’a a TUAIVA Papeete v.58- AD Roipha Papeete 1897 v. 115- AD Pouomaa a MOE Vairao 1892 v. 26- AD Varua a MOE Mataiea 1903 v. 48 – AD Terai a MOE Tiarei 1893 v.12- AD Aumaiteura a TAMATERAI Mataiea 1899 v. 30

Messager de Tahiti : 21 octobre 1871- 17 janvier 1873- 12 janvier 1867- 6 mars 1869- 1er avril 1881- 17 février 1861- 29 juillet 1860- 5 mai 1866- 29 février 1868- 13 mai 1881- 24 octobre 1873

Patrick O’REILLY. Tahitiens. BSEO 1975. Notice de Ravaai p. 481

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s